Nous avons les meilleurs clients du monde

Découvrez sur cette page comment tout a commencé pour nous.

L’histoire d’Avoa

Le charpentier Orhan Bajrami travaille beaucoup, avec joie et honnêteté. “Une de nos cuisines est aussi bonne que celle de la concurrence – mais surtout, elle correspond exactement à ce que le client veut”, dit-il..

Le réveil sonne à 6h15 et un quart d’heure plus tard, je suis dans l’atelier, j’allume la musique et la machine à café et je m’occupe des courriels sans réponse de la veille.

À 7 heures, mes deux employés arrivent, un jeune homme et une jeune femme. Je suis le chef de notre petite équipe, mais il n’y a pas d’opérations auxquelles je me dérobe. Que ce soit à l’atelier ou sur le chantier, je fais toujours mon propre travail. Il doit en être ainsi parce que je suis celui qui parle aux clients et qui voit donc des choses que mes employés ne voient pas.

Je veux dire littéralement. Nous travaillons toujours sans CNC, donc sans robot. Certaines des machines de mon atelier sont vieilles, par exemple cette raboteuse, en fonte, indestructible, elle fonctionnera encore dans 100 ans. Nous ne pouvons pas travailler avec plus de précision que les machines de haute technologie contrôlées par ordinateur. Mais le bois est vivant, et lorsque chaque pièce passe dans une main, elle possède une magie qui est transférée au produit fini.

Néanmoins, je dis toujours : nos tables, nos portes ou nos fenêtres ne sont ni meilleures ni pires que celles de la concurrence. Mais avec nous, les clients peuvent être étonnés de la façon dont leur pièce est créée. Et la consultation et la planification conjointe sont très importantes pour moi. Je ne peux fournir un bon travail que si je ressens exactement ce que le client veut. C’est pourquoi je dis aussi à mes employés ; nous avons les meilleurs clients du monde – et nous devons leur faire part d’un maximum de souhaits.

Le fait que je parle toutes les langues de la Suisse m’aide beaucoup. Mon père est venu en Suisse comme menuisier. Ma mère et moi l’avons suivi quand j’avais 12 ans. J’ai grandi à Breil, dans la Surselva. Le romanche est devenu ma deuxième langue maternelle après l’albanais. J’ai appris l’italien grâce à la télévision, l’allemand et le français à l’école et à Bienne, où j’ai vécu et travaillé pendant 20 ans.

J’aime toujours aller skier dans les montagnes des Grisons. Mais même en tant qu’apprenti, je préférais passer les week-ends à Zurich, à cause de la techno. Je dansais toute la nuit et j’étais l’un des 1000 participants de la première Street Parade.

Mon premier emploi était aussi le seul que j’ai eu. Je suis resté fidèle à la même boîte pendant 17 ans, jusqu’à ce que je devienne mon propre patron. J’essaie de gérer mon entreprise comme l’a fait mon premier patron. Les chiffres doivent être justes, mais l’atmosphère de travail collective doit l’être aussi. J’attache également une grande importance dans mes entreprises partenaires. Par exemple, j’achète des fenêtres à une entreprise familiale. Ce ne sont pas les fenêtres les moins chères du marché. Mais ils sont fabriqués par des employés satisfaits. Pour moi, cela fait aussi partie de la qualité.

Les fenêtres et les portes font partie de nos points forts. Nous fabriquons également des tables ou des meubles de télévision – tout en bois ou en verre. Et bien sûr les cuisines. J’ai déjà réalisé plus de 100 cuisines de A à Z, du développement avec le client, en passant par la planification détaillée sur ordinateur, jusqu’à la mise en œuvre sur site. Le meilleur de la modernité, le meilleur de la rénovation, et tout ce qu’il y a entre les deux. C’est cette polyvalence qui nous distingue de la concurrence. Le client voit exactement ce qu’il obtient et peut accompagner de près le processus de développement s’il le souhaite.

La journée d’un menuisier peut être physiquement éprouvante, par exemple lorsque nous installons une porte coupe-feu ou un escalier en bois. Mes employés quittent le travail à 17 heures. Je suis souvent à l’atelier jusqu’à 20 heures – sauf si, en tant que patron, je me suis exceptionnellement autorisé à partir à 15 heures parce que l’entreprise est souvent à court d’argent.